Jan 16, 2019

|

par: Caquetus

|

Catégories: Egypte

Le Koshari, une surpise Egyptienne

Un plat qui a voyagé

Avant de vous donner envie avec cette recette typique de l’Egypte, faisons un saut dans le temps et découvrons ensemble la naissance d’un plat multiculturel devenu ultra populaire en Egypte.

L’origine du Koshari viendrait de l’Inde pendant l’époque de la colonisation britannique. Le mot « Koshari » viendrait alors de l’Indien « Khichri » désignant un mélange de riz et de lentilles. C’est quand les Britanniques sont allés en Egypte (décidément, ils n’arrêteront pas avant d’avoir conquis le monde) que le « Khichri » se répend en Egypte. Par la suite, la communauté italienne installée en Egypte a ajouté au plat les pâtes, les Egyptiens eux, ont ajouté la sauce pimentée, les pois chiches et les oignons frits. Et voilà le Koshari est né !

Très populaire, servi dans les nombreux restaurants égyptiens (parfois même seulement dédiés à cette spécialité), mais également dans la rue où il est directement préparé devant vous, c’est le summum de la street food égyptienne (mieux que le hot-dog n’est-ce pas ?).

Vous n’allez pas vous ruiner en réalisant ce plat. Sans viande donc peu coûteux, nous en avons eu pour seulement 13 euros de courses pour 8 personnes. En Egypte il faut compter environ 20 livres égyptiennes pour une personne, soit 0,98 centimes d’euro chez nous!

Le Koshari, une expérience à part entière

Ça y est vous êtes au Caire, à près de 2.900,00km de chez vous. Fermez les yeux (gardez-en un ouvert, c’est plus pratique pour lire la suite #pigeonsavant) et laissez vous emporter par les odeurs épicées de la ville, le bruit des marchands autour de vous, les couleurs dorées de la ville. C’est véritablement ce que l’on a ressenti lors de la réalisation du koshari. Nous avions vraiment l’impression d’être transportés et de voyager en Egypte avec tous nos sens éveillés. Je vous donne 2 raisons de réaliser ce plat typique de l’Egypte !

#1 : Un plat qui change du quotidien.

En tout bon étudiant qui se respecte, je n’ai pas beaucoup de budget : pâtes et riz composent mon alimentation quotidienne et quand vu qu’il fallait ces deux ingrédients, ma première réaction était “niquel j’ai tout ça à la maison”. C’était avant d’avoir remarqué qu’il fallait ajouter à ça des lentilles et des pois-chiches, tout ça servi avec une sauce pimentée.

Grand changement donc : acheter et cuisiner avec des épices (et remplacer les knackis et cordons bleus).
En parlant d’épices, faire les courses était déjà une aventure en soit, quand nous trouvions du cumin dans un magasin, la coriandre manquait. Dans l’autre magasin la coriandre était là mais il manquait les pois-chiches. Résultat : après 15km de marche dans un Lyon gelé nous avons enfin fini par trouver tous les ingrédients nécessaires pour réaliser notre voyage culinaire et changer du traditionnel pâtes carbo de l’étudiant fauché.

Qui dit épices dit odeurs très épicées (oui je l’ai cherchée loin celle-là), il ne faut pas avoir peur que votre maison, appartement ou 10m² sente le souk d’orient pendant 2 semaines. Honnêtement je sentais encore l’ail au bout de 3 lavages. Et oui… mais cela valait le coup !

Le visuel également change beaucoup de ce que nous faisons habituellement. Les oignons fris apportent une couleur dorée tandis que les épices vont apporter une touche plus rouge/orangée, ce qui va donner à ce plat l’image traditionnelle que l’on se fait des plats orientaux, c’est beau à voir et ça change du potage de mamie.

#2 : C’est bon, clairement.

Oui c’est carrément bon. C’est d’abord un défilé de saveurs avec toutes les épices qui s’enchaînent. Cumin – Coriandre – Piment – Oignon – Ail, à vous de vous faire votre avis sur laquelle ressort en premier mais il est clair qu’à la fin, vous avez le Caire en bouche. Nous avons réalisé la recette avec du piment doux, mais si vous êtes un warrior et préférez les plats bien épicés n’hésitez pas à ajouter du piment extra-fort #allumezlefeu.

La texture est également surprenante. Quand j’ai goûté, ma première réaction était “hm, pourquoi ça croustille?” cela venait bien évidemment des oignons frits que j’avais moi-même préparés mais mélangés avec la sauce je ne pensais plus retrouver ce côté croustillant.
En parlant de surprise, il faut quand même dire que ce plat qui paraît extrêmement lourd à la base est en fait léger ! On sent principalement la sauce et les épices et on en arrive à oublier qu’il est composé de 3 féculents, c’est étonnant !
Dernier point, c’est un plat vraiment facile à réaliser (vous pourrez voir la recette en dessous), nous n’avions presque jamais réalisé de recettes comme celle-ci et au final le plat était réussi. En plus, vous avez probablement tout ce qu’il vous faut chez vous, il n’y a plus qu’à !

Nos retours en quelques mots

Léa

“Si on m’avait dit qu’en mettant tout ce qui traîne dans mon placard, cela pouvait faire quelque chose de bon, je ne vous aurais pas cru ”

Loïc

“Pour rater le koshari, il faut soit être très mauvais en cuisine soit être très mauvais en cuisine”

Nicolas

“Si ma mère savait que je mélangeais le riz, les pâtes et les lentilles, elle me tuerait”

La recette

Liste des ingrédients

  • 250 g de macaronis courts
  • 1 verre de riz
  • 1 verre de lentilles (noires = béluga de préférence)
  • 1 grosse boîte de pois chiches
  • 2 gros oignons
  • 1 louche d’huile d’olive
  • 500 ml de coulis de tomates
  • 1 cuillère à soupe de piment sec haché (doux)
  • 1 cuillère à café de cumin
  • 1 cuillère à café de coriandre en poudre
  • 6 gousses d’ail
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre

Etape 1

Faites cuire le riz, les pâtes et les lentilles (séparément évidemment)

Etape 2

Émincez les oignons et faites les revenir dans l’huile d’olive déjà chaude jusqu’à ce qu’ils deviennent dorés

Etape 3

Retirez les oignons et gardez l’huile pour faire frire l’ail ciselé

Etape 4

Dès que l’ail est doré, ajoutez la sauce tomate, le piment sec, le cumin, la coriandre et le vinaigre.

Laissez la sauce réduire de 2/3 pendant environ 10 minutes

Etape 5

Égouttez et rincez les pois chiches puis mélangez y le riz et les lentilles. Versez y ensuite dans le plat de présentation

Rajoutez ensuite les pâtes par dessus, la sauce puis les oignons frits

Et voilà le Koshari est prêt à être dégusté !

Et si vous voulez en savoir plus sur la culture Égyptienne, n’hésitez pas à aller lire l’article de mon collègue pigeon ici !